Le câlin : une approche thérapeutique essentielle

12/11/2018 0 Par Maloe
Le câlin : une approche thérapeutique essentielle

Le câlin est le meilleur moyen qu’on utilise lorsqu’on veut démontrer toute notre affection. C’est un geste simple, mais affectueux, et qui témoigne notre attachement à la personne qui nous est chère. Grâce à la sécrétion d’hormone qu’il engendre, il améliore le bien-être psychologique et l’épanouissement de celui qui le donne et de celui qui le reçoit.

Les bienfaits insoupçonnés du câlin

Les câlins nous font du bien, car ils apportent protection, sécurité, bonheur et confiance en soi aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. En effet, ils permettent au cerveau de libérer une hormone qu’on appelle l’ocytocine : l’hormone de l’attachement ou l’hormone du bonheur. Celle-ci a un effet d’apaisement et engendre une sensation de bien-être immédiat. Cela se produit dès vous prenez quelqu’un dans vos bras, ou que vous soyez pris dans les bras de quelqu’un pendant environ vingt secondes.

Au niveau de la peau, des corpuscules tactiles (des petits récepteurs) nous permettent d’envoyer un message au cœur pour lui indiquer le bien-être ressenti lorsque l’on est touché. C’est pourquoi, on se sent beaucoup plus apaisé.

Recevoir des câlins renforce également l’estime de soi, surtout chez les enfants de bas âge, car leur sens du toucher est très important. Ce geste donne le sentiment d’être en sécurité et accroît ainsi la confiance en soi. Il aide à surmonter les peurs, tout en favorisant le bon développement de l’intelligence.

Par ailleurs, les câlins boostent le système immunitaire en produisant l’ocytocine. Cette hormone nous protège contre bien des menaces : virus, bactéries, champignons et autres parasites. L’ocytocine agit aussi contre les douleurs. Elle détient l’immense pouvoir d’atténuer les sensations désagréables, voire insupportables.

Favorise-t-il les liens sociaux ?

Certainement, le câlin participe à la création d’un bon lien social. Quand on donne un câlin, on reçoit de l’autre : on est donc dans l’échange et le partage. Lorsque l’ocytocine est activée par l’hypophyse, on se sent moins seul. C’est ainsi que le mouvement Free Hugs est né. Même si la durée du câlin ne dure qu’un court instant, on se sent reconnecté à l’autre pendant ce temps.

D’ailleurs, l’ocytocine a un effet civilisateur sur les êtres humains. Elle les rend plus affectueux et meilleurs pour tisser des relations et des liens sociaux. Lorsque les gens prennent le temps de s’apprécier les uns les autres, les connexions sont favorisées.

Hormonede la confiance, elle intervient également dans le sentimentd’appartenance à un groupe et augmente l’empathie et lagénérosité, tout en atténuant la phobie sociale. Alors, pourquoine pas profiter de tous ses bienfaits ?

Lisez aussi notre billet sur le développement personnel ici.